Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

Des voix s'élèvent contre une nouvelle loi sur la fin de vie

26 Décembre 2013 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #Réflexions

Des voix s'élèvent contre une nouvelle loi sur la fin de vie

Généthique.org du 26-12-13

Les voix contre une nouvelle loi sur la fin de vie continuent de s'élever.

Diverses voix, d'horizons différents, continuent d'affirmer leur refus catégorique à une éventuelle nouvelle loi sur la fin de vie.

Le 25 décembre, c'est Monseigneur Barbarin, interviewé sur le plateau d'Europe 1, qui rappelle avec force que "ni la République, ni l'Etat, ni le coprs médical n'est propriétaire de la vie humaine. On n'a pas un droit sur la vie et la mort de quelqu'un". Il insiste ainsi sur le fait que chaque vie humaine est digne de respect, et rappelle que la loi Léonetti a été adoptée à l'unanimité par le Parlement français, il y a tout juste 7 ans. Il s'interroge alors : "C'est une loi sur l'euthanasie ou l'euthanasie de la loi?".

Le 26 décembre c'est au tour de Luc Ferry, ancien ministre de l'Education nationale, qui publie une tribune dans le Figaro, intitulée "Contre le suicide assisté". L'idée de mourrir dans la dignité, pronée par ceux qui souhaitent légaliser le suicide assisté ou l'euthanasie, est une idée qu'il rejette car elle signifierait que la vieillesse ou la maladie "dissoudrait la dignité humaine". Il plaide pour le droit à la dépendance et à la faiblesse, pour un "message d'amour" plutôt que pour cet "affreux message selon lequel il serait "digne" de faire place nette pour cesser d'importuner le monde des vivants et des jeunes". Il rappelle que la notion d'assistance implique une dépendance à l'autre, un appel au secours "qu'on ne peut occulter". Pour lui, la demande à mourrir est le "contraire d'une liberté absolue (sinon on se suiciderait sans assistance)", et une réponse positive serait le signe de l'indifférence la plus complète. Il alerte sur les dérives d'une nouvelle législation autorisant cette soit-disant "liberté absolue" notamment sur la fragile limite de réserver la mort aux cas desespérés, limite déjà dépassée en Suisse par exemple. Enfin, il appelle à mieux connaître la loi Léonetti qui répond à son sens à tous les cas les plus difficiles.

Le Figaro 26/12/2013 - Europe 1 25/12/2013

Partager cet article

Repost 0