Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

Ecole: une question de confiance

30 Janvier 2014 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #actualités

Ecole: une question de confiance

La Croix du 30 janvier 2014

Le ministre de l’éducation nationale annonce que les parents ayant participé aux « journées de retrait de l’école » vont être convoqués

Même limité, l’impact des « journées de retrait de l’école » mérite attention. L’initiative lancée au nom de la lutte contre l’introduction des « théories du genre » en milieu scolaire a effectivement abouti à ce que des parents ne conduisent pas leurs enfants en cours pour une journée. Sans que, à vrai dire, les autorités et les observateurs n’aient vu grand-chose venir. Une preuve de plus – s’il en était besoin – qu’Internet et les réseaux sociaux ont une capacité de mobilisation « hors radars » qui bouleverse en profondeur le fonctionnement de la vie publique.

Que les parents soient préoccupés des contenus éducatifs mis en œuvre à l’école est tout à fait légitime. D’autant plus lorsque ces contenus ne portent pas sur des savoirs mais sur des comportements humains et sur des valeurs morales comme l’égalité entre les sexes. Mais il est très préoccupant que, dans cette affaire, les enfants soient utilisés en instruments d’un combat censé les protéger. Dire à un enfant qu’il ne doit pas aller à l’école, c’est prendre une sérieuse responsabilité. En pareil cas, on lui doit des explications. Il faut alors lui dire, même à mots couverts, que l’enseignement qu’il reçoit à l’école peut être dangereux pour lui. On rompt ainsi la confiance entre lui et ses professeurs.

Le ministre de l’éducation nationale s’est employé depuis quarante-huit heures à démonter un certain nombre de rumeurs, affirmant que le programme « ABCD de l’égalité » actuellement expérimenté dans 600 classes est « une éducation à l’égalité fille-garçon, au respect fille-garçon et rien de plus ». Hier, il a demandé que les parents ayant participé au boycott soient convoqués « pour leur expliquer la réalité des choses ». Il aurait peut-être été préférable d’agir davantage de manière préventive. Malheureusement, depuis dix-huit mois, le gouvernement a trop souvent traité par l’ignorance les inquiétudes que suscitaient ses réformes touchant à la famille. La méfiance qui, depuis lors, s’est installée resurgit à chaque occasion.

Partager cet article

Repost 0