Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

L'appel à l'aide de l'archevêque et de l'imam de Bangui

24 Janvier 2014 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #actualités

L'appel à l'aide de l'archevêque et de l'imam de Bangui

Journal La Croix du 24 janvier

L’appel à l’aide de l’archevêque et de l’imam de Bangui

Mgr Dieudonné Nzapalainga et l’imam Omar Kobine Layama se sont rendus en Europe cette semaine pour demander l’aide de l’Union européenne et de l’ONU pour reconstruire le pays.

L’archevêque et l’imam de Bangui se sont rendus en Europe cette semaine afin de demander une aide internationale pour la Centrafrique.

« La France seule ne pourra pas supporter le poids de cette mission, il faut une opération de l’ONU », a souligné Mgr Dieudonné Nzapalainga devant les députés français mercredi soir, avant de voir hier François Hollande.

Face à une situation humanitaire et sécuritaire dramatique, les deux hommes, symbole de paix et de rassemblement, ont tracé les grandes lignes de la reconstruction du pays tout en insistant sur l’instrumentalisation de la religion par les deux bords : « Cette guerre n’est pas religieuse » a insisté l’imam Omar Kobine Layama, réfugié à l’archevêché depuis les violences de décembre.

Les deux religieux sillonnent ensemble le pays depuis le début du conflit en tenant un discours d’apaisement. « Les anti-balakas ne sont pas des milices chrétiennes, mais des milices d’autodéfense qui veulent venger leurs frères. Aucun responsable religieux n’est à leur tête. C’est la même chose côté Séléka, ce ne sont pas des milices musulmanes. Les jeunes sont manipulés par des groupes politiques » , a détaillé l’archevêque. L’imam a renchéri en rappelant qu’ils n’avaient « jamais cessé de dénoncer les exactions » commises par les deux factions.

La famine menace : l’agriculture et l’élevage sont au point mort puisque les populations ont fui leurs villages pour se réfugier dans la brousse ou dans des camps. Décrivant un pays « pris en otage » par les milices où « la majorité des provinces sont encore sous le contrôle des officiers de la Séléka » , Omar Kobine Layama a souligné que « le désarmement de tous les hommes était une condition sine qua non pour que des élections libres aient lieu » .

C’est une des missions de la présidente de transition Catherine Samba-Panza, élue lundi. Un « message d’espoir » pour les deux hommes. L’archevêque a parlé d’elle comme « une mère au langage rassembleur » avant de remercier Dieu, avec l’imam, pour ce choix. Il pense qu’elle a « l’énergie et les capacités » pour reconstruire l’administration en ruine du pays, à condition d’être soutenue par une « équipe compétente » .

La mise en place de commissions vérité et réconciliation avec l’aide de l’ONU, « pour que la parole circule dans tous les villages et que les crimes ne restent pas impunis » selon les mots de l’archevêque, est également une étape essentielle pour sortir du cycle infernal de la vengeance. L’imam Kobine Layama a ensuite rappelé qu’ils avaient déjà commencé à former les imams, prêtres et pasteurs pour être des « agents réconciliateurs » .

Les deux hommes ont également relevé « l’ambiguïté » du Tchad. D’anciens rebelles Séléka tchadiens font partie des forces africaines de la Misca. L’archevêque a assisté à des « scènes de fraternisation avec les rebelles qu’ils étaient venus cantonner » . L’imam a donc demandé que ces hommes se retirent.

Enfin, ils se sont montrés inquiets d’une possible scission du pays en voyant de plus en plus d’ex-Séléka musulmans remonter vers le Nord. Pour Mgr Nzapalainga, pas question d’avoir un Nord musulman et un Sud chrétien. « Nous voulons que les musulmans restent, et construire avec eux la paix, dans un seul État. Les deux communautés ont réussi à vivre ensemble pacifiquement pendant des années, elles peuvent continuer à le faire. »

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :