Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

Pour l’Eglise protestante, la dépénalisation de l’euthanasie serait « regrettable et dangereuse »

17 Janvier 2014 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #Réflexions

Journal La Croix du 17 janvier 2014

Avec cet article

DOCUMENT « Vivant jusqu’à la mort », la Fédération protestante de France et la fin de vie
Euthanasie : les évêques de France rappellent le caractère « fondamental » de l’interdit de tuer

Après les évêques catholiques, la Fédération protestante de France a pris position, à son tour, contre la dépénalisation de l’euthanasie, alors qu’un projet de loi sur la fin de vie pourrait être déposé devant le Parlement d'ici à la fin de l’année.

Dans un texte rendu publique jeudi 16 janvier, et intitulé « Vivant jusqu’à la mort », la FPF reconnaît que « dans bien des cas, la manière dont la fin de vie est vécue dans notre pays n’est pas satisfaisante » : « Bien que, selon notre foi, écrivent les protestants, nous croyions que personne n’est entièrement maître de sa vie et que la dignité et la valeur irréductible d’un être humain ne dépendent en rien des conditions extérieures ni même de son état physique ou psychique, nous entendons ces craintes et considérons que la société doit chercher à y répondre. »

Rendre « plus claire la possibilité de sédation en phase terminale »

Le document rappelle que « le développement des soins palliatifs est déjà à même de répondre à bien des besoins » et encourage à leur développement ainsi que la promotion d’« une culture des soins palliatifs dans l’ensemble des services concernés par l’accompagnement de la fin de vie ».

D’autre part, il souligne que la loi depuis 2005 décourage l’acharnement thérapeutique : « Face à des douleurs insupportables, il est possible de proposer des sédations en phase terminale qui soulagent le patient en le rendant inconscient, même si ce traitement peut parfois avoir également pour effet d’abréger la vie ».

Fort de ces constats, le texte de la Fédération tout en ouvrant la porte à une amélioration de la loi – « en particulier en rendant plus claire la possibilité de sédation en phase terminale ou en précisant la nécessité du caractère collectif des décisions » – estime qu’il serait « regrettable et dangereux que l’euthanasie soit dépénalisée et inscrite d’une manière ou d’une autre dans la loi ».

« Elle pourrait même susciter chez certains une sorte de “devoir” de quitter la vie »

La FPF énumère les risques qu’un changement législatif entraînerait : « Autorisant à donner ou à faciliter la mort, (il) ne pourrait qu’ébranler la confiance que la personne peut faire à son entourage. Elle pourrait même susciter chez certains, par souci de ne pas peser sur les leurs ou même la société, une sorte de “devoir” de quitter la vie ». Sans compter les dérives que pourraient entraîner les contraintes économiques qui pèsent déjà sur l’hôpital.

L’assistance médicalisée pour une fin de vie, qui se rapproche du suicide assisté, doit rester « une transgression de la loi » pour la Fédération protestante de France. Toutefois elle estime qu’il faut prendre au sérieux certains cas extrêmes et d’être attentif à la singularité de chaque cas. « Par cette assistance médicalisée s’exprimerait, dans le discernement commun et dans la confiance réciproque, non seulement la reconnaissance de la dignité et de la volonté du patient, mais aussi et surtout la pleine solidarité du corps social tout entier qui accompagne un de ses membres jusqu’à la fin, sol de chaque situation, et d’accompagner les patients, leur entourage, les médecins et le personnel soignant dans ces moments ultimes, où la conscience de chacun est engagée ».

DOCUMENT « Vivant jusqu’à la mort », la Fédération protestante de France et la fin de vie

Pour l’Eglise protestante, la dépénalisation de l’euthanasie serait « regrettable et dangereuse »
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :