Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

Homélie du 7ème dimanche du T.O.

24 Février 2014 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com

Homélie du 7ème dimanche du T.O.

Mt 5, 38-48

Comme dimanche dernier, on a un peu de mal à entendre les exigences que pose la Parole de Dieu dans les textes de ce jour. Les oreilles nous sifflent !

« Soyez saint, car moi le Seigneur votre Dieu je suis Saint » nous dit le Lévitique.

« Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » Nous demande Jésus dans l’Évangile.

Vous peut-être, mais moi c’est pas gagné !

Être parfait, mais qui est parfait ?

Combien de fois ne disons-nous pas avec raison que la perfection n’est pas de ce monde.

Ne pas avoir une seule pensée de haine, se laisser mettre une gifle, ne pas riposter ou ne pas se venger quand on vient de vous faire une crasse, aimer celui qui nous déteste, franchement ce n’est pas évident.

Et on a envie de dire au Seigneur : Seigneur tu t’es trompé de bonhomme, tu perds ton temps avec moi, jamais je n’y arriverai.

Et avec tout le respect que je te dois Seigneur, ça me paraît tellement élevé comme idéal que ça ne me donne même pas envie de lever le petit doigt pour essayer.

[Je vous vois, vous les fiancés. Et je me dis que peut-être vous vous dites aussi: vivre avec la même personne toute sa vie, mais c’est impossible : soyons objectif, regardons la situation actuelle. Arrêtons de rêver. ]

Laisse béton comme disent les jeunes. Laisse tomber.

Je pourrais ranger là mon homélie, et allé m’asseoir, mais évidemment ce serait trop facile.

Si nous voulons un peu avancé, la première question que nous devons nous poser, est la suivante : mais qui nous demande tout cela ? La réponse : c’est Jésus dans l’Évangile.

Il a d’ailleurs une manière de nous demander cela de façon assez originale: « Vous avez appris qu'il a été dit ….. Eh bien moi, je vous dis »

« Vous avez appris qu'il a été dit » c’est une tournure hébraïque, impersonnelle, pour éviter l’emploi du nom de Dieu qu’on ne prononçait jamais dans la culture juive. Bref, cette formule signifie en clair : « Dieu a dit… Eh bien moi je vous dis »

Gonflé, Jésus ! Ou il est fou, ou il est Dieu, car seul le Législateur peut changer la loi, la Thora ! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il sera crucifié : ce gars-là s’est pris pour Dieu. C’est le chef d’accusation. Et dans la Thora, la sentence pour le blasphème, c’est la mort. De fait, Jésus sera mis à mort.

Question : pourquoi Jésus a-t-il accepté d’être crucifié pour tenir jusqu’au bout ces propos là ? Il savait parfaitement ce qui l’attendait.

Évidemment si Jésus est Dieu, -ce que nous confessons dans la foi-, ça change tout. Ça change tout pourquoi ?

Parce qu’habituellement, -et nous le savons tous-, le conseilleur n’est pas le payeur. Mais si le conseilleur est Dieu en personne, alors il a les moyens de passer à la caisse : car à Dieu rien d’impossible.

Et c’est là que se noue l’enjeu de cet Évangile. Si Jésus est vraiment Dieu, et si Dieu nous demande d’être vraiment à son image, saint comme il est Saint, alors nous pouvons lui demander réellement les moyens pour atteindre ce qu’il nous demande.

[oui, toi qui es fiancé, tu peux demander à Dieu ce feu d’un amour fort et fidèle pour ton futur conjoint, pour faire de ta vie un espace de développement durable ! ]

Et ce que Dieu nous demande, ce n’est pas un idéal inatteignable, contrairement à ce que pourrait nous laisser croire une écoute un peu rapide de cet Evangile.

Ce n’est pas de devenir un surhomme. Mais c’est de devenir chaque jour de plus en plus l’humain que nous devrions et voudrions être : un être bienveillant, juste, bon, qui diffuse le bonheur autour de lui, qui respire la joie de vivre, et qui est profondément libre comme Dieu lui-même.

En grec, -puisque l’Évangile a été écrit en grec-, le mot « tελειος » signifie : « achevé, accompli », et non pas « parfait » d’une perfection morale « zéro défaut » comme le laisse entendre la traduction française. Pour prendre un exemple, une fleur en bouton est inachevée, tandis qu’une fleur éclose est « parfaite » parce qu’elle a atteint le maximum de sa croissance et de sa beauté. « Donne le meilleur de toi-même ». C’est comme cela que Jésus nous demande d’être parfait.

Nous sommes destinés, nous dit Jésus, à nous accomplir dans notre vie, à ne pas rester à l’état d’inachèvement, d’éternels adolescents spirituels, qui passent leur temps à se plaindre de leur existence. Être un homme accompli, être une femme accomplie, c’est respiré cette humanité qui est la bonne odeur que Dieu a envie de sentir, et qui est notre désir le plus profond.

Oui, c’est ce que nous voulons.

Mais une fois de plus, nous sommes confrontés à nos limites, et aux limites qui nous sont imposés par les évènements, par les coups du sort. Qui n’en a jamais pris au cours de son existence ? Comment alors atteindre l’accomplissement de notre vie ?

Tout seul nous ne pouvons y arriver. Si tu le crois, c’est toi le fou.

Nous avons besoin de la grâce de Dieu, de ce coup de pouce intérieur qui nous permet de reprendre le chemin, après s’être pris les pieds dans le tapis. Nous avons besoin de la Parole de Dieu qui nous rappelle sans cesse ce pour quoi nous sommes faits. C’est la Parole d’un Père qui soutient ses enfants, et qui les structure, qui les remets debout.

Précisément, dans la deuxième lecture, Saint-Paul nous dit une chose importante : « Frères, n'oubliez pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous. »

Ne l’oublie pas : tu es la résidence principale de Dieu, depuis le jour de ton baptême. Tu as donc reçu la force de l’Esprit pour lutter contre les forces du mal qui s’agite parfois violemment dans ta vie, et qui cherche à te défigurer.

Sache que même si tu tombes, tu peux reprendre la main de Dieu, parce que Dieu a payé la note pour toi.

Tu as les moyens d’aller jusqu’au bout, de t’accomplir, même si t’as pris des bosses. Jésus t’en a donné la preuve puisqu’il t’a donné sa propre vie. Il a tout donné pour toi, pour que tu réussisses.

[Tu veux te marier ? Tu veux t’accomplir dans ce mariage et avoir un foyer où il y fait bon vivre? Tu sais que ça ne sera pas facile.]

Tu as Dieu à tes côtés. Et quand Dieu te regarde, il se réjouit déjà de ce qu’il voit.

Amen

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :