Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

Accompagnement des couples et des familles : le Pape invite les curés à être «des ministres de la consolation»

27 Février 2017 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #Réflexions, #Paroles du pape

Accompagnement des couples et des familles : le Pape invite les curés à être «des ministres de la consolation»

Soyez proches des couples dans toutes les situations : les unions célébrées religieusement comme les unions civiles, les familles heureuses comme les familles malheureuses… Le Pape l’a demandé ce samedi matin aux curés qui participaient cette semaine au cours de formation sur le nouveau processus matrimonial, organisé par le Tribunal de la Rote romaine. Ce cours avait commencé mercredi et s’est terminé ce samedi. François a invité à vivre la préparation au mariage non pas comme un fait social mais comme un vrai sacrement.

Les curés sont appelés à être «des compagnons de voyage» qui témoignent et soutiennent les personnes, dans toutes les situations dans lesquelles elles se trouvent. «Personne ne connaît mieux que vous la réalité du tissu social dans le territoire, en en expérimentant la variété complexe : des unions célébrées dans le Christ, des unions de fait, des unions civiles, des unions qui ont échoué, des familles et des jeunes heureux ou malheureux».

Dans la plupart des cas, en effet, les curés sont les premiers interlocuteurs des jeunes qui désirent le sacrement du mariage. Et les époux qui ont de sérieux problèmes et ont besoin de redécouvrir la grâce du Sacrement.

Le cours de formation sur le nouveau processus matrimonial était destiné aux curés, avec l’objectif d’approfondir ce qui avait été proposé lors du Synode sur le thème "Mariage et famille", avec des propositions intégrées ensuite dans l’exhortation apostolique Amoris Laetitia, et traduites sur le plan canonique dans les Motu proprio Mitis Iudex et Misericors Jesus.

Le Pape a demandé que la grâce du sacrement du mariage entre l’homme et la femme soit mieux exprimée, que ce soit dans la préparation pour les fiancés ou dans l’accompagnement des jeunes couples, en les aidant à vivre «dans les moments de joie et dans les moments de lassitude».

«Mais moi je me demande, combien de fois ou combien de ces jeunes qui viennent aux cour pré-matrimoniaux comprennent ce que signifie le mariage, comme signe de l’union du Christ et de l’Église. Oui, oui, ils disent que oui. Mais ils comprennent cela ? Ils ont foi en cela? Je suis convaincu qu’il faut un vrai catéchuménat pour le sacrement du mariage, et non pas faire la préparation avec deux ou trois réunions.»

Le mariage est en effet «l’icône de Dieu». L’amour de Dieu Un et Trine, et l’amour entre le Christ et l’Église doivent être au centre de la catéchèse matrimoniale. François a donc rappelé la centralité d’un «vrai catéchuménat» des futurs époux, que ce soit avant ou après la célébration. Une nécessité exprimé dans son discours à la Rote romaine : «Je vous encourage à le mettre en œuvre malgré les difficultés que vous pourrez rencontrer. Je crois que la difficulté la plus grande est de penser ou de vivre le mariage comme un fait social, et non pas comme un vrai sacrement qui nécessite un longue préparation.»

Il faut aussi soutenir ceux qui se sont rendu compte que «leur union n’est pas un vrai mariage sacramentel, et veulent sortir de cette situation».

François a donc appelé les curés à assumer cette délicate et nécessaire œuvre «de façon à ce que vos fidèles vous reconnaissent non pas tant comme des experts d’actes bureaucratiques ou de normes juridiques, mais comme des frères qui se mettent dans une attitude d’écoute et de compréhension».

François leur a aussi demandé de se faire proches et d’accueillir les jeunes qui préfèrent cohabiter sans s’épouser. «Ils sont parmi les pauvres et les petits», à l’égard desquels l’Église veut être une mère qui n’abandonne personne : «ces personnes aussi sont aimées de tout cœur par Jésus. Ayez envers elles un regard de tendresse et de compassion. Ce soin des derniers, justement parce qu’il émane de l’Évangile, est une partie essentielle de votre œuvre de promotion et de défense du Sacrement du mariage.»

La paroisse est en effet le lieu du salut des âmes, comme l’avait enseigné le bienheureux Paul VI. Il faut donc être des ministres de la consolation, spécialement parmi les personnes les plus fragiles.

Partager cet article

Repost 0