Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

Compte rendu de l'Inter EAP du 14 juin 2012

23 Juin 2012 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #Equipe d'Animation Pastorale

Archiprêtré de Phalsbourg

Communautés de paroisses :

 

Saint Vincent du plan incliné ; Saint Léon IX du Pays de Dabo ; Saint Fridolin de la vallée de la Zorn ; Saint Jean-Baptiste des Portes d’Alsace ; Saint Augustin Schoeffler de la porte des Vosges ; Saint François de salles des anciens bailliages de Lixheim.

 

Réunion inter-eap du 14 Juin 2012 au Zinswald

 

Le père Dominique Thiry, archiprêtre, ouvre la réunion à 20H. Il remercie toutes les personnes présentes : ses confrères curés modérateurs et  des membres de chacune des EAP de l’archiprêtré. Après un temps de prière, les participants se présentent rapidement.

 

·         Pourquoi se réunir en inter-EAP ?

-Le père Dominique explique pourquoi il est nécessaire de se réunir en inter-EAP :

Il semble important d’apprendre à mieux se connaître pour pouvoir ensuite travailler ensemble, avoir des projets communs. En effet, l’archiprêtré c’est 6 communautés de paroisses, 30 paroisses, environ 20 000 habitants, environ 120 baptêmes par an, 40 mariages et 180 obsèques…Et d’ici quatre ans cet ensemble devra être administré par seulement 2 ou 3 prêtres !

-Dès l’an 2000, le diocèse a anticipé cette situation de crise - due à la diminution générale du nombre de prêtres et des fidèles - en demandant la création de communautés de paroisses avec, à leur tête, des EAP installées et des caisses de communauté pour la mise en œuvre concrète des projets pastoraux. Le projet pastoral diocésain prévoit, qu’à terme, chaque communauté de paroisses « fonctionnera » comme une paroisse avec des équipes transversales qui permettront d’assurer tous les services d’Eglise avec moins de prêtres.

Sur l’archiprêtré, presque toutes les EAP sont installées. La communauté Saint Jean-Baptiste des Portes d’Alsace installera la sienne le 7 octobre prochain.

 

·         Comment aider l’ensemble des fidèles à prendre conscience de la situation ?

Le père Dominique présente rapidement ce qui a été fait sur la communauté de paroisses de Phalsbourg pour que d’autres communautés puissent éventuellement s’en inspirer. L’EAP a bâti un nouveau Projet Pastoral Local pour les 5 prochaines années et le curé a adressé une lettre pastorale à tous les fidèles pour expliquer la situation, faire connaître les projets, inviter les gens à réagir et à faire des propositions. (La lettre pastorale et le PPL sont distribués aux autres EAP qui pourraient en avoir besoin).

 

·         Déjà des réalisations et des projets communs

Les prêtres de l’archiprêtré ont déjà commencé à réfléchir et à œuvrer ensemble pour dégager une identité commune et des convergences de travail : organisation d’une réunion de tous les responsables des groupes de confirmation de l’archiprêtré en Mai 2012 ; projet d’une lettre d’archiprêtré distribuée à toute la population ; un site internet  et un logo pour l’archiprêtré ; cette réunion inter-EAP qui sera annuelle ; une journée d’archiprêtré prévue le 2 juin 2013 à la fin de la visite pastorale de notre évêque  (eucharistie à l’église de Phalsbourg à 10h30, puis à Bonne Fontaine si le temps le permet : pique-nique, conférence de Mgr Raffin sur l’année de la foi, vêpres et procession du Saint Sacrement)…

 

·         Temps en carrefours

Les participants forment 4 groupes qui mélangent les membres des différentes EAP et prennent un temps d’échange en carrefour de 45 minutes autour de deux axes :

-ce que vivent les membres des EAP : ce qu’ils font, leur joies, leur difficultés, leurs projets.

-partage autour d’un extrait de la Lettre aux catholiques de France (« Rapport Dagens » rédigé pour la Conférence des évêques de France) au sujet de la responsabilité des laïcs dans la proposition de la foi.

 

·         Mise en commun

Les participants se retrouvent : chaque groupe, par l’intermédiaire d’un rapporteur, donne un écho de ses réflexions.

1° Au sujet de ce qui se vit en EAP :

-Les EAP se réunissent généralement une fois par mois, surtout pour établir le calendrier des activités pastorales, discuter des difficultés qui peuvent surgir, dialoguer avec le curé.

Des raisons de se réjouir : Globalement l’ambiance de ces réunions est bonne et les membres des EAP sont heureux de rendre service à l’Eglise.

Il y a déjà des initiatives qui témoignent qu’il est possible de travailler en communauté de paroisses : chorales qui se réunissent pour des messes cantonales, groupes interparoissiaux de carême ou de lecture biblique, partages d’expériences ou d’informations…

Plusieurs sujets d’inquiétude ou de tension semblent toutefois être partagés :

-Le problème du renouvellement des membres des EAP : certains sont en EAP depuis longtemps et souhaiteraient passer le relais à des plus jeunes… qu’ils ne trouvent pas !

De manière générale, la question de l’investissement de personnes plus jeunes, de la transmission de la foi qui semble un peu « en panne », sont des motifs d’inquiétude, voire de découragement. Comment appeler des jeunes parents, par exemple, à ne pas seulement déposer leurs enfants à la messe mais à prendre aussi des responsabilités en Eglise ? Comment faire en sorte que les jeunes confirmés restent en lien avec l’Eglise ? Mettre en place une pastorale des jeunes ? Qui s’en occuperait ?

-On note aussi que les « relations  EAP-conseils de fabrique » sont parfois tendues car une EAP a besoin d’une caisse commune pour fonctionner et les conseils de fabrique ont généralement peur de cette démarche de mise en commun d’une partie de leurs biens.

-Ici ou là, il s’avère extrêmement compliqué de faire vivre ensemble des fidèles de villages qui entretiennent des rivalités anciennes. Comment faire en sorte que les gens travaillent ensemble, se déplacent d’un clocher à l’autre ? On évoque le covoiturage, voire la mise en place de cars de ramassage.

-La diminution du nombre de prêtres est sans doute la plus grande source de peurs et de questionnements : Comment maintiendra-t-on vivante l’église de tel village lorsqu’il n’y aura plus que très rarement  d’eucharistie dominicale? Revenir aux ADAP qu’on a déjà essayé ici ou là,  sans grand succès ? Inventer un moyen de rassembler les chrétiens pour un temps de prière sans célébration eucharistique ? Comment informer de telles initiatives ? Qui en assumerait l’organisation et l’animation ?

Les prêtres en place seront-ils prêts à déléguer de plus en plus des responsabilités aux laïcs ? Ceux-ci seront-ils accompagnés, formés, soutenus ?

Qu’en sera-t-il de la célébration des obsèques ?

 

2°) réactions à la lecture d’un extrait de la Lettre aux catholiques de France au sujet de la responsabilité des laïcs dans la proposition de la foi.

C’est le thème de la transmission de la foi qui a le plus retenu l’attention. On constate un changement de société : nous ne sommes plus du tout au temps il était quasiment automatique d’être chrétien. Aujourd’hui nous sommes dans une logique de conviction : on est chrétien par choix. Le contexte est plutôt défavorable, il est donc nécessaire de s’unir, de se former, de se soutenir pour pouvoir rendre compte de notre foi, l’assumer et en témoigner.

-C’est sans doute un des rôles de l’EAP que de communiquer aux fidèles une vision plus juste de la situation actuelle de l’Eglise et de ce que cela implique dans la vie de chaque croyant en terme de responsabilité, de solidarité. Ainsi beaucoup de personnes notent l’importance du témoignage en actes…Les paroles ne suffisent pas dans un monde où il y a tant de bruit. Quand des personnes éprouvées se tournent vers l’Eglise, elles attendent des gestes, une écoute, de l’aide.

-L’autre axe principal du travail des EAP est celui de l’évangélisation.

De plus en plus, ce sont les laïcs qui ont à transmettre la foi, à animer la vie de l’Eglise. C’est un gros changement. Cela implique aussi parfois des tensions dans certaines EAP parce que des laïcs ne se sentent pas assez responsabilisés par le curé modérateur.

Comment faire changer les mentalités ? Comment expliquer aux fidèles, par exemple, qu’un enterrement n’est pas « moins bien » s’il est animé par un laïc plutôt que par un prêtre ?

-Il semble urgent de repérer les besoins des personnes qui se tournent vers nous et qui n’ont parfois aucune culture chrétienne. Comment être une minorité créative ? Quels sont nos projets ? Comment pouvons-nous accompagner et former les nouveaux venus ?

-Il ressort aussi que la première condition d’une bonne évangélisation, d’un juste témoignage, c’est d’abord que chacun approfondisse sa foi, fasse le maximum pour se former, faire vivre sa relation au Seigneur, aux autres et à l’Eglise. L’idée est d’approfondir notre foi pour ensuite oser la proposer. Ce qui suppose d’assumer sa foi, de la vivre avec joie et fierté, sans complexe. Est-ce que ce que nous vivons en EAP nous y aide ?

 

 

·         Temps de convivialité

Après avoir remercié l’ensemble des participants pour ce riche partage, le père Dominique  invite tout le monde à se retrouver au réfectoire des pères du Zinswald pour partager boissons et gâteaux.

 

 

 

 

                                                                                                                      C.CLAUDE 19.06.2012

Partager cet article

Repost 0