Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

Un cardinal italien « Juste parmi les nations » à titre posthume

27 Novembre 2012 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #actualités

Journal LA Croix du 27-11-12

 

Le cardinal Elia Angelo Dalla Costa, qui fut archevêque de Florence et qui est décédé en 1961, a été reconnu par Yad Vashem pour son rôle actif lors de la Seconde Guerre mondiale.

 

À Jérusalem, le Mémorial de Yad Vashem, consacré au souvenir et à l’étude de la Shoah, vient de voir un nom supplémentaire s’ajouter à la liste des 24 000 « Justes » – de 44 pays différents, dont 524 Italiens. Le cardinal Elia Angelo Dalla Costa (1872-1961), archevêque de Florence pendant la Seconde Guerre mondiale, a en effet été déclaré à titre posthume « Juste parmi les nations », la plus haute distinction décernée par Israël à ceux qui ont sauvé des Juifs au péril de leur vie.

Normalement, ces « Justes » reçoivent également une médaille et un diplôme, mais, « en dépit d’efforts répétés »,  Yad Vashem n’a pas réussi à retrouver de parents de l’archevêque. Sa médaille et son diplôme seront donc conservés à Yad Vashem.

À partir de l’été 1943, après l’effondrement du régime fasciste de Benito Mussolini et l’occupation du nord de l’Italie par les troupes allemandes, les Juifs italiens – ainsi que des Juifs ayant fui la France et la Yougoslavie –, ont commencé à être poursuivis. Pour éviter cela, l’archevêque de Florence s’alliant au rabbin Nathan Cassuto et à d’autres figures de la communauté juive locale, « a initié et encouragé la participation du clergé aux opérations de sauvetage »,  rapporte Yad Vachem dans un communiqué diffusé lundi.

« L’âme de cette activité d’amour »  

« À Florence une réelle organisation d’aide aux Juifs a été mise en place grâce à l’archevêque »,  a témoigné le P. Cipriano Ricotti, dominicain, qui se souvient avoir été convoqué à l’archevêché le 20 septembre 1943. « Je me suis présenté, accompagné par mon supérieur provincial, le P. Raffaele Cai. L’archevêque m’a demandé si je pensais pouvoir me consacrer à l’aide des Juifs et m’a immédiatement donné une lettre d’introduction qu’il avait écrite »  pour les monastères et couvents de la ville afin qu’ils acceptent d’abriter des Juifs.


De son côté, Giorgio La Pira, maire de Florence après la guerre, décrit le cardinal Dalla Costa comme « l’âme de cette activité d’amour »  qui a permis de sauver des centaines de Juifs.

L’archevêque de Florence a lui-même hébergé des Juifs dans son palais épiscopal, comme l’attestent de nombreux témoignages. Ainsi Lya Quitt témoigne qu’après avoir navigué depuis les côtes françaises jusqu’à Florence au début de septembre 1943, elle a été conduite au palais épiscopal où elle a « passé la nuit avec d’autres Juifs avant d’être conduite, quelques jours plus tard, vers un couvent ».  Lorsque la plupart des Juifs activistes seront arrêtés début 1944 à la suite de dénonciations – ainsi que certains prêtres –, des laïcs se joindront également à ces efforts de secours.


Le cardinal Dalla Costa retrouve les cardinaux Pierre Gerlier (Lyon) et Jules Saliège (Toulouse) qui ont déjà été élevés au rang de Juste parmi les nations.


Claire Lesegretain

Partager cet article

Repost 0