Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

Un pape nommé François

16 Mars 2013 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #actualités

Journal La croix du 15 mars 2013

Élu pape, le cardinal Jorge Mario Bergoglio a choisi de prendre le nom de François, en référence à la simplicité et au dépouillement vécus par François d’Assise.

 

Cette décision a touché tous ceux qui se sentent des affinités spirituelles avec les valeurs évangéliques du Poverello, dont la sobriété heureuse et la proximité avec la nature font étonnamment écho aux préoccupations d’une partie de la société.

 

Pour « La Croix », plusieurs personnalités proches de la spiritualité franciscaine se disent heureuses du message ainsi envoyé par le 265e successeur de Pierre.

Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg

« L’exemple d’un amour total de Dieu »


« Le choix de nom du nouveau pape a été une heureuse surprise. C’est magnifique. En même temps, ce n’est pas très étonnant de la part d’un jésuite, car saint Ignace s’est converti après avoir lu la vie de saint François, cela l’avait bouleversé.


Prendre le nom de saint François d’Assise nous indique que les valeurs de simplicité, de fraternité et de fidélité à l’Évangile doivent être davantage manifestées. En tant que franciscain moi-même, je ne suis pas habité d’une fierté partisane, mais je suis très heureux de ce souci de simplicité qui est ce dont vivait Jésus de Nazareth. Dans notre société technicienne et, pour ce qui est de l’Occident, dans notre société d’abondance, cela nous oblige à valoriser la qualité de nos relations, entre nous et avec Dieu.


Le signe est aussi fort, car saint François d’Assise est le saint le plus célèbre dans l’Église, notamment grâce à son image très positive, et c’est le plus aimé des chrétiens non catholiques. À titre personnel, j’ai choisi de le suivre car il a été pour moi l’exemple le plus parlant d’un amour total de Dieu et d’une attention de tous les instants à l’égard de tous les humains, et en particulier les pauvres. Notre pape rappelle l’importance d’une vie sainte et évangélique. En plus, avec saint François, cet amour ne doit pas être une triste obligation mais une joie spontanée. D’ailleurs le pape François a déjà montré des marques de simplicité, de proximité, de profondeur spirituelle et d’humour dans la relation, ce qui laisse augurer un ministère pontifical très bénéfique. »


Emmanuel Faber, vice-président de Danone, auteur de « Chemins de traverse » (Éd. Albin Michel)

« L’audace folle des Béatitudes »


 « 1209. Dans la splendeur du palais du Vatican, François d’Assise, pieds nus et en haillons, est reçu en audience par le pape, avec quelques-uns de ses frères, en vue de la reconnaissance du projet de règle de vie qu’il est venu soumettre à son autorité. Sous la voûte d’une immense mosaïque du Christ Pantocrator, incrustée de pierres précieuses, couvrant le retentissement des chœurs, la voix de Francesco s’élève doucement.


Et voici que, plaidant sa cause, elle rappelle le chant des oiseaux du ciel et la splendeur de la robe des lys des champs. Elle prêche la conversion à la simplicité de la vie évangélique et fraternelle, le retour à la source de la vie, l’audace folle des Béatitudes. François se tait. Le silence est total. Face à l’audace de ce mendiant, les rangs des cardinaux murmurent. Mais, rompant tout protocole, le pape Innocent se dresse. Il descend une par une les marches de son trône, vient prendre les mains de François, s’agenouille devant lui et baise ses pieds nus, dans un geste de piété qui renouvelle l’alliance de l’Église avec la parole vivante de l’Évangile.

Je veux croire que la prophétie de cette magnifique scène du film de Zeffirelli (2) s’est accomplie hier. Voici un pape, désigné par ses frères dans la prière et le souffle de l’Esprit, dans ce temps de marche vers Pâques ; un pape que personne n’attendait, au point que la foule de la place Saint-Pierre, est restée interdite lorsque son nom a été prononcé, tout comme les multiples commentateurs, soudainement muets ; un pape dont on dit qu’il est proche des plus pauvres, auprès desquels il a vécu a Buenos Aires.


Mais ce qui est certain est qu’en choisissant le nom de François, il s’est à son tour agenouillé intérieurement devant le Poverello, là où celui-ci se tenait huit cents ans plus tôt, pour revêtir le cœur de l’Église et son corps mystique tout entier du manteau de la fraternité universelle de l’esprit d’Assise.


En pleine croisade, François trouvait l’interstice dans la terrible pesanteur du réel pour vivre cette fraternité jusque dans son dialogue avec le sultan de Constantinople, par-delà les lignes de batailles. Au même moment, Rumi, poète soufi, écrivait de son côté :”Par-delà le bien et le mal, il y a un champ. Là, je te retrouverai.” Hier soir, un musulman a confié à l’un de mes amis sénégalais : “Il sera le pape des cœurs.” Inch’Allah. »

((2) François et le chemin du soleil.


Sœur Brigitte de Singly abbesse des clarisses de Ronchamp (Haute-Saône)

« Il nous appelle à tendre vers l’amour gratuit »


 « Lorsque nous avons réalisé que le nouveau pape était jésuite, nous étions très heureuses. Puis, lorsque nous avons entendu qu’il avait choisi le nom de François, alors la joie était double ! Les spiritualités ignatiennes et franciscaines s’accordent très bien et ce pape en incarne la synthèse. Il faut bien comprendre que saint Ignace et saint François étaient tous deux nés dans des milieux riches. L’un était noble, l’autre issue d’une famille marchande, et tous deux ont vécu une conversion intérieure pour se mettre au service des hommes et de Dieu, à une époque différente. Ils ont été “rattrapés” par Dieu !


D’autre part, saint François d’Assise a inscrit sa spiritualité dans un monde nécessitant un renouveau. Or, notre société aussi a besoin d’une humanité renouvelée, recréée. Saint François avait en lui l’utopie divine qui est cet amour gratuit de Dieu. L’utopie n’est pas quelque chose d’inaccessible, mais qui n’est pas encore atteint. Et, comme lui, nous sommes appelés à tendre vers cet amour gratuit. Le cardinal Bergoglio nous a montré qu’il est possible aujourd’hui de vivre dans le monde sans être esclave du matériel.


Ce pape qui a gardé toute sa simplicité me paraît être l’homme de la situation. Il est en effet urgent de réformer non pas l’Église, mais l’ensemble du peuple de Dieu pour qu’il se ressaisisse, qu’il se réapproprie les valeurs annoncées par Jésus-Christ et qu’il annonce à son tour la Bonne Nouvelle. »


Vincent Bioulès, peintre

« Il a su faire preuve de beaucoup d’imagination »

« Le nom de saint François a bercé toute mon enfance puisque je suis né à Montpellier dans L’Enclos Saint-François, un collège catholique assez en pointe, où mon père était maître de chapelle et maître de musique. J’avais dans ma chambre une gouache évoquant le Cantique des créatures. Et beaucoup plus tard, une fois devenu peintre, j’ai abordé à mon tour ce thème dans une série de grands tableaux en 1980. Aujourd’hui, je vis et je peins toujours à la périphérie de l’Enclos Saint-François, à Montpellier…


En entendant que le pape avait choisi ce prénom, je me suis d’abord demandé s’il s’agissait d’un hommage à François d’Assise, à saint François-Xavier qui était jésuite, à saint François de Sales, ou tout cela à la fois. Voir placer ainsi ce pontificat sous le signe du Poverello me plaît. Le vœu de pauvreté est toujours efficace : il nous débarrasse du superflu. Aujourd’hui, on associe spontanément la pauvreté à la misère, mais dans mon enfance, la pauvreté pouvait être un honneur, une source de liberté.


L’héritage de François d’Assise nous invite aussi à un rapport plus sage avec la nature, plus économe, plus contemplatif. Il y a une telle folie dans l’irrespect de l’environnement aujourd’hui. Surtout, François me touche parce qu’il a su faire preuve de beaucoup d’imagination. Par son comportement, ses fondations, son amitié pour Claire, il s’est montré non-conformiste. Or cette imagination me paraît une qualité essentielle pour la création comme pour la vie spirituelle. »


RECUEILLI PAR Élise Descamps, SABINE GIGNOUX, Anne-Laure Filhol, Guillaume Goubert

Partager cet article

Repost 0