Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

Une cadre de la mairie de Conflans-Sainte-Honorine sanctionnée pour non-respect de la laïcité

21 Septembre 2013 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #actualités

Journal LA CROIX du 16 septembre 2013
 
Une cadre de la mairie de Conflans-Sainte-Honorine sanctionnée pour non-respect de la laïcité

Responsable des agents d’entretien et bénévole dans une association familiale protestante, Nadine Lalanne a été écartée de son poste pour avoir offert, à titre privé, des calendriers avec le logo de son Église baptiste.

Quelle affaire pour un simple petit calendrier ! C’est ce que doit se répéter depuis trois mois Nadine Lalanne, 58 ans, qui gérait depuis deux ans les 72 agents d’entretien de la mairie de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) et qui est actuellement en arrêt maladie.

Lors des fêtes de fin d’année de 2011 puis de 2012, elle avait offert à plusieurs de ses collègues (y compris au premier adjoint au maire) une petite boîte de pruneau d’Agen (ville dont elle est originaire) accompagné d’un modeste calendrier.

Ces calendriers étaient illustrés d’un verset biblique et portaient le logo de l’Association familiale protestante Maranatha (AFPM) dont Nadine est membre depuis une quinzaine d’années, ainsi que celui de l’Église baptiste Maranatha de Conflans-Achères (rattachée au Conseil national des évangéliques de France) dont elle est une fidèle depuis sa création en 2007.

Mentionner un extrait de la Bible

« L’AFPM est un partenaire reconnu de l’État français au sein de l’Union nationale des associations familiales », rappelait ce lundi 16 septembre Sandra Blasiak, présidente nationale de l’AFPM, dans une lettre ouverte à Philippe Esnol, sénateur socialiste et maire de Conflans-Sainte-Honorine. D’ailleurs, l’AFPM qui a souvent organisé sur Conflans ou Achères des braderies solidaires, des collectes pour la Banque alimentaire, ou un concert Gospel gratuit, ne peut être, selon elle, « considérée comme pouvant troubler l’ordre public dans la mairie » de Conflans. Et de s’interroger : « Le fait de mentionner un extrait de la Bible sur un calendrier paraît inadmissible, alors que ce livre fait partie intégrante des programmes de l’éducation nationale pour les classes de 6e, 5e et Terminale » ?

« Ces calendriers ont été offerts dans une relation amicale privée et aucun d’entre eux n’a été affiché dans les services de la mairie », précise de son côté Françoise Caron, présidente de l’AFPM d’Achères, qui revient sur les faits dans un récent communiqué de presse publié sur le site de l’Union républicaine.

De fait, ces calendriers n’avaient posé aucun problème… jusqu’à ce que, début juin 2013, un agent, déçu de ne pas voir reconduit son CDD, signale aux syndicats ce « manque à la laïcité ». Quelques jours plus tard, Nadine Lalanne, qui entre-temps avait dû partir à Agen auprès de son père mourant, était démise de ses fonctions. Convoquée par sa direction dès son retour à la mairie fin juin, elle se voit interdire toute relation et toute communication avec les agents d’entretien – ce qui revient à une « mise au placard ».

« Un poste à grade équivalent »

« Mme Lalanne a fait du prosélytisme religieux auprès de personnes sur lesquelles elle avait autorité, ce qui est interdit sur le lieu de travail », argumente-t-on à la mairie de Conflans-Sainte-Honorine qui a publié également ce lundi un communiqué de presse. Au téléphone, le service de communication de la mairie avance qu’« il n’y a pas eu de maltraitance puisque lui a été attribué un poste à grade équivalent dans un autre service municipal ».

De fait, à son retour de congé, fin août, Nadine Lalanne a été entendue dans le cadre d’une commission administrative paritaire (instance de représentation et de dialogue de la fonction publique). Dans l’avis rendu le 14 septembre, celle-ci a confirmé la décision du maire de muter Nadine Lalanne dans une maison de retraite de Conflans, en lui retirant toute responsabilité d’encadrement.

Françoise Caron qui se dit « indignée par la gestion de cette affaire » considère que la mairie aurait dû s’en tenir à « un avertissement et un rappel à l’ordre ». Elle ne comprend pas non plus les « pressions » exercées pendant l’été auprès des anciens collègues de Nadine en « usant de propos intimidants et désobligeants », alors que ceux-ci faisaient circuler une pétition soulignant qu’« il n’y avait pas eu prosélytisme et que rien dans l’attitude de Nadine ne les avait choqués ».

Parallèlement, Sandra Blaziak qui était convoquée ce même lundi au ministère de l’intérieur, souhaite « que le maire revienne sur sa décision ». Car, comme le résume Françoise Caron, « il existe aujourd’hui des formes de discriminations et des sanctions totalement injustifiées, motivées par une vision erronée de la laïcité ».

 

CLAIRE LESEGRETAIN  

Une cadre de la mairie de Conflans-Sainte-Honorine sanctionnée pour non-respect de la laïcité

Partager cet article

Repost 0