Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

2.8 Bénir et faire bénir: les bénédictions

10 Octobre 2011 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #Bénir et faire bénir

Les bénédictions

Un prêtre nouvellement ordonné bénit un autre prêtre

 

A l’origine des bénédictions

 

 

Dieu est la source de toute bénédiction, lui qui est « béni au dessus de tout », comme écrit St Paul aux Romains (Rm 9.5), c’est-à-dire lui qui est bon, et la source de toute bonté. Dieu aime toutes ses créatures et veut les bénir, leur donner des signes de sa bonté. La plus grande bénédiction jamais donnée aux hommes, c’est Jésus lui-même. En se faisant homme comme nous, il est devenu le signe indépassable de l’amour de Dieu pour les hommes et les a comblé de « toute bénédiction spirituelle » (Ga 4,4 ; Eph 1,3)

Jésus, bénédiction de Dieu pour les hommes, bénit à son tour tous ceux qu’il croise dans l’Evangile, et surtout les plus petits. Après sa mort et sa résurrection, il répand sur ses disciples l’Esprit Saint pour les bénir, et pour qu’ils deviennent à leur tour capable de répandre sur le monde la bénédiction divine.

Lorsque Dieu bénit, par lui-même ou par d’autres, il promet son secours et sa protection. Il manifeste sa fidélité auprès de ceux qu’il aime. La bénédiction de Dieu communique et annonce sa bonté. Tous ceux qui reçoivent la bénédiction de Dieu ont vocation à bénir Dieu à leur tour, c’est-à-dire à le louer et lui rendre grâce pour son amour.

 

Pourquoi bénir ?

 

C’est d’abord dans l’Eucharistie que nous recevons toutes les bontés de Dieu envers nous, et que nous puisons la force de les répandre autour de nous. C’est pourquoi St Paul l’appelle « coupe de bénédiction » (1 Co 10.16)

L’Eglise dispose de formes très variées pour remplir son rôle de bénédiction. Elle a institué toute sorte d’expressions de bénédiction, par lesquelles elle invite l’Homme à louer Dieu, à demander sa protection, et à recevoir sa miséricorde pour progresser en sainteté. Les rituels de bénédiction sont donc des signes sensibles de l’attention maternelle de l’Eglise qui prie Dieu pour chacun de ses enfants.

Ces rituels ne sont pas des sacrements : Un sacrement est un signe porteur en lui-même de la puissance d’amour de Dieu, et qui communique cette puissance. Les bénédictions sont des prières d’intercession, sorte d’outils pédagogiques spirituelles pour préparer le cœur de l’Homme à recevoir la grâce du sacrement, ou pour déployer la grâce reçue.

Dans tous les rites de bénédiction, l’Eglise commence par rendre gloire à Dieu, avant de solliciter ses bienfaits, et de lui demander d’écarter les puissances du Mal. Elle loue Dieu pour les hommes et avec eux, dans les circonstances particulières de leur vie.

 

Quoi bénir ?

 

En vue de transmettre à l’Homme des signes de la bonté de Dieu pour lui, l’Eglise bénit aussi bien des objets que des lieux, qui concernent l’activité humaine dans son ensemble, ou plus précisément sa vie de prière. On peut ainsi bénir des objets de culte ou de dévotion : chapelets, icônes, statues, médailles, etc.… mais aussi des maisons, des entreprises, des écoles, des hôpitaux, des  moyens de transport,…. A travers objets et lieux, ce sont toujours les hommes qui s’en servent qui sont présentés à la bénédiction de Dieu. 

D’autres bénédictions concernent des moments importants de la vie : on peut bénir les malades, ou ceux qui partent en voyage, par exemple. Il existe aussi la possibilité de bénir les fiançailles : la bénédiction des fiançailles est un rite de prière pour confier à Dieu le chemin de préparation des futurs mariés, au début de ce parcours ou en cours de route. L’Eglise demande que soit évité avec soin tout risque de confusion avec la célébration du mariage lui-même.

 

Comment bénir ?

 

Prière de l’Eglise toute entière, la célébration d’une bénédiction est une action liturgique, qui se fera parfois avec un déploiement de moyens comparable à une messe, et en présence d’une grande assemblée. Mais même lorsque la bénédiction prend une forme beaucoup plus modeste – comme la prière de bénédiction du repas en famille, avant de manger – elle garde ce caractère de prière en Eglise.

L’Evêque, les prêtres ou les diacres sont les célébrants ordinaires des bénédictions, en vertu de leur ordination. Mais tout baptisé peut également bénir, dans le champ de sa responsabilité propre : des parents peuvent bénir leurs enfants, des catéchistes peuvent bénir les enfants qu’ils accompagnent, etc…. Bénir est une expression de la vocation reçue au baptême : être signe pour le monde de la bonté de Dieu.

Toute célébration de bénédiction comprend deux parties : un moment d’écoute de la Parole de Dieu, et la prière de louange et de demande adressée à Dieu. Elle peut s’accompagner de gestes spécifiques qui sont les signes de l’action de Dieu en faveur de l’Homme : mains levées ou étendues, signe de croix, aspersion d’eau bénite,…

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :