Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

La Chapelle St Jean Baptiste de Phalsbourg

21 Juin 2012 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #Culture patrimoine

ORIGINE DE LA CHAPELLE ET DE LA TUILERIE

 

Le 3 avril 1629, le prince Louis de PHALSBOURG fit don à l'un de ses officiers, Etienne BUISSON, d'une parcelle de forêt située au Nord de la ville, désignée par le nom « Les Essarts », avec l'autorisation de déboiser et d'y aménager une ferme. Outre plusieurs privilèges, cette dotation faisait aussi l'obligation d'élever une chapelle en l'honneur de Saint Jean-Baptiste. Une partie des revenus de la ferme devait servir à l'achat et à l'entretien de tout ce qui est nécessaire au culte, ainsi qu'à la célébration annuelle d'une ou plusieurs messes. Cette obligation fut respectée et la chapelle Saint Jean construite.

 

Au cours du XVIIème siècle, le chevalier Claude BAISON, administrateur des fortifications de la ville, fit construire une tuilerie à proximité de la ferme. On trouve encore aujourd'hui, lors des travaux de réfection de toitures de maisons anciennes ou de travaux de fouille pour la construction de nouvelles maisons, des tuiles ornées de divers motifs et qui proviennent de cette vieille tuilerie phalsbourgeoise. C'est elle aussi qui devait donner son nom «La Tuilerie» (en alsacien « Ziegelschier ») à tout ce quartier de la ville. La Tuilerie fut vendue le 5 janvier 1687 pour 4 000 livres à Jean S. TEVENO.

 

Le 3 mars 1711, le baron Charles-Louis DOTERSTEIN, lieutenant-colonel de la légion de Kekstein, tué lors des combats entre Phalsbourg et Saverne, fut enterré dans la chapelle Saint Jean. A la même époque, la ferme «LesEssarts» devint la propriété des Lauthier de Cabanon.

 

En 1716, le chef de famille est le colonel d'infanterie Jean-Baptiste Louis de Cabanon qui habita longtemps la ferme. Son fils, Dominique Nicolas, né le 5 avril 1727, vend la propriété en 1778. Le contrat de vente, établi le 30 octobre 1778, spécifie que la ferme « Les Essarts » et la Tuilerie sont cédées par Dominique de Lauthier, chevalier de Saint Louis, capitaine de grenadiers au régiment d'artillerie de Provence, à un marchand phalsbourgeois du nom de LEMOINE.

LEMOINE s'engageait, en application de l'ordonnance du 3 avril 1629 de Louis de LORRAINE, prince de PHALSBOURG, à restaurer la chapelle et à assurer son entretien à l'avenir.

 

En 1815, pendant le deuxième siège de PHALSBOURG, tous les bâtiments extérieurs de la ville furent détruits. Ce fut le cas de la Tuilerie, la ferme Pernet (« Les Essarts » avaient encore changé de propriétaire) et la chapelle Saint Jean. Mais dès la fin de cette guerre, M. PERNET fit reconstruire la chapelle.

En 1863, la ferme qui s'appelle maintenant, d'après la chapelle, « Petit Saint Jean », est la propriété de Mme Vve CHARPENTIER.

 

A la fin du XIXème siècle, la chapelle appartient à Melle GIRAUD- TIXIER DE LA PLACE, mais est vendue au début du XXèmesiècle à un certain M. PROVOST. A la mort de celui-ci, ce sont Louise et Charles WALTER, de SAVERNE, qui héritent de la chapelle. En 1925, M. Hubert KLEIN de PHALSBOURG, achète l'ensemble de la propriété, y compris la chapelle. A son décès, en 1956, le domaine revient alors pour moitié à KOEHL Georges et KOEHL Jeanne. Le 30 décembre 1968, M. KOEHL Georges vend sa part aux époux LEFEUVRE André.

 

 

LE PASSÉ RÉCENT

 

Longtemps, la chapelle Saint Jean est restée à l'abandon au milieu des arbres et des broussailles. Les vents violents endommageaient de temps à autre la toiture et les branches d'un gros arbre abîmaient chaque année davantage le clocheton. Sans porte, ses fenêtres brisées et son autel en ruine, la petite chapelle ne servait plus guère que d'abri à des chemineaux de passage. En 1977, les élèves du Collège Saint Antoine ont effectué des travaux de restauration, malheureusement endommagés par des vandales. Nous félicitons Marianne KLEIN pour le sauvetage réalisé de cette vénérable chapelle. Le prince Louis de PHALSBOURG, désirait qu'une messe soit célébrée au moins une fois par an, tradition respectée depuis la restauration de la chapelle en 1990.

Partager cet article

Repost 0