Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Archiprêtré de Phalsbourg  Communauté St Jean Baptiste des Portes d'Alsace

Les trois tamis et le meilleur outil du diable

13 Juillet 2011 , Rédigé par cathophalsbourg.over-blog.com Publié dans #Paroles de vie

 LES TROIS TAMIS

        Socrate était un homme sage qui vivait en Grèce, il y a très longtemps. Un jour, quelqu'un vint à lui et dit : « Ecoute, Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s'est conduit.

        « Arrête, interrompit l'homme sage. As-tu passé ce que tu as à me dire à travers les TROIS TAMIS ? »

        « Trois tamis, dit l'autre, rempli d'étonnement ? »

        « Oui, mon bon ami, trois tamis. Examinons si ce que tu as à me dire peut passer par les trois tamis. Le premier est celui de la VERITE. As-tu contrôlé si tout ce que tu veux me raconter est VRAI ? »

        « Non, je l'ai entendu raconter et... »

        « Bien, bien ! Mais assurément tu l'as fait passer à travers le deuxième tamis. C'est celui de la BONTE. Est-ce que ce que tu veux me raconter, si pas tout à fait vrai, est au moins quelque chose de BON ? »

        Hésitant, l'autre répondit : « Non, ce n'est pas quelque chose de BON, au contraire... »

        « Hum ! dit le sage, essayons de nous servir du troisième tamis et voyons s'il est UTILE de me raconter ce que tu as envie de dire... »

        « UTILE ? Pas précisément... »

        « Eh bien, dit Socrate, en souriant, si ce que tu as à me dire n'est NI VRAI - NI BON -NI UTILE, je préfère ne pas le savoir et quant à toi, JE TE CONSEILLE DE L'OUBLIER. »

 

LE MEILLEUR OUTIL DU DIABLE

        Il avait été annoncé que le diable allait cesser ses affaires et offrir ses outils à quiconque voudrait payer le prix.

        Le jour de la vente, ils étaient exposés d'une manière attrayante : malice, haine, envie, jalousie, sensualité, fourberie, tous les instruments du mal étaient là, chacun marqué de son prix.

        Séparé du reste, se trouvait un outil en apparence inoffensif, même usé, dont le prix était supérieur à tous les autres.

        Quelqu'un demande au diable ce que c'était. « C'EST LE DECOURAGEMENT » fut la réponse.

        « EH BIEN ! POURQUOI L'AVEZ-VOUS MARQUE AUSSI CHER ? » « Parce que, répondit le diable, IL M'EST PLUS UTILE QUE N'IM­PORTE QUEL AUTRE »:

        « Avec ça, je sais entrer dans n'importe quel homme, et une fois à l'intérieur, je puis le manœuvrer de la manière qui me convient le mieux. »

        « Cet outil est usagé parce que je l'emploie avec presque tout le monde et TRES PEU DE GENS SAVENT QU'IL M'APPARTIENT. »

        Il est superflu d'ajouter que le prix fixé par le diable pour le découragement était si élevé que l'instrument n'a jamais été vendu.

        LE DIABLE EN EST TOUJOURS POSSES­SEUR, ET IL CONTINUE A L'UTILISER...

Partager cet article

Repost 0